Blog en pause indéterminée et un grand merci

Bon dimanche d’un silent sunday particulier.

Puisque l’affectif virtuel est en cause, le mien l’est aussi. Je mets ce blog en pause pour une durée indéterminée. Plus de jeux, plus rien, plus de photo du mois non plus. 
J’en ai ras le bol de beaucoup de choses.

  • de la solitude 
  • la politique
  • la famille
  • les aller-retour Blaye-Bordeaux
  • les aléas de la virtualité.

Je préfère de loin la réalité soit tous les projets ou les rêves que j’ai pour garder la tête hors de l’eau. Vive la jeunesse. A elle l’avenir. Le mien est derrière. Seul subsiste le présent au mieux que nous pouvons avec nos mots ou mauxs, nos démons, ou nos petites joies que nous essayons de prendre, du moins en ce qui me concerne avec des mois qui se suivent pas drôles, un peu plus marrants. 🙂 

Un grand grand merci à toutes les personnes qui vont encore lire mon ancien blog filamots créé pour mon fils et à être normalement imprimé par souci de transmission de mes poésies de jeunesse et d’aujourd’hui, ainsi que celui-ci.
J’ai du mal à exprimer mes sentiments sans avoir la larme à l’oeil. J’ai bien des choses à raconter que je fais souvent par commentaire sur les autres blogs en visite, parce que cela me rappelle des souvenirs ou bien par témoignage comme chez NUAGE1962
où je suis intervenue de manière abrupte sur l’inceste. 

Il y en aurait beaucoup à écrire sur une naissance,  le chantage d’un mariage il y a plus de 46 ans, sur mes parents,  sur le harcèlement au travail, sur l’agression que j’ai subie dans un magasin en 2004 et où sans le savoir j’ai subi un test post-traumatique, je l’ignorais. Et surtout le fait d’être quelque peu autiste, mais oui, cela ne se voit pas, je le sais. Ou alors d’être un peu trop « blonde » sur les bords. D’avoir eu un second mariage (no comment), c’est à moi de résoudre ce sujet. 

Nous sommes responsables de nos choix, c’est ce qu’ils disent. C’est qui ils ? Ceux ou celles qui pratiquent la pensée positive, et les médias, les journaux. Je ne rentre pas dans ce moule. Je ne puis être que moi, désolée, un être humain. C’est tellement moche de l’être. Et pourtant, j’ai encore :

  • Faire des projets
  • Envie de marcher et faire ces petits sentiers de promenade. 
  • Continuer à faire des photos
  • Devenir plus autonome, en essayant de me libérer de mes chaines mentales, celle que je me suis laissée mettre. 
  • Retrouver cette liberté dans la tête, le cœur et le ventre en perdant la peur. (Là c’ est le premier accord Toltèque, je suis au courant.

A bientôt et gros bisous à ceux et celles qui se reconnaîtront. Les personnes qui me suivent depuis 2009.

 

 

 

 

Silent Sunday #86

Bordeaux – Juin 2018, fête du vin

silentsunday

J’ai conscience qu’après un échange avec Mary, elle prenne la mouche comme moi je l’ai prise.
Je suppose que la décision provient certainement aussi de trop de choses par rapport à nos blogs ou sites comme ils sont appelés maintenant.

Je comprends finalement que le silence est d’or et qu’il faille toujours se taire, même par commentaires modérés ou par mails. Comme c’est triste de ne pas pouvoir s’exprimer sans pour autant avoir une forme de chantage affectif virtuel du style : « tu m’as écris ceci, et bien j’arrêterai », ce sont mes mots dits « maudits » d’une autre manière.

C’est dommage Mary de vouloir arrêter. Je venais personnellement comme j’avais envie. Un rendez-vous sympathique et agréable du dimanche. Chacun à sa vie, tu as la tienne, et d’autres comme moi ont la leur.

A bientôt j’espère pour d’autres Silent Sunday, en espérant que quelqu’un reprenne le flambeau ?

Bordeaux fête du vin juin 2018 – Merci pour vos derniers commentaires.

Le week-end dernier, à Bordeaux pour cet évènement, il a bien fallu me mettre en route pour une plus longue randonnée 😉

La photo est floue c’est normal, je marchais 😉

Clic sur les photos pour les voir en grands. C’est mieux. 🙂

 

 

Un quatre mât Russe

Pour voir ce bateau dans son entièreté, clic sur ICI ainsi qu’avoir accès aux informations plus complètes à son sujet. 🙂

Un grand merci pour vos derniers commentaires. La suite un peu plus tard. 🙂

 

Photo du mois de juin 2018 – #39 – Parfait (ou presque)

Ce mois ci c’est Nanouk qui propose le sujet :

Parfait (ou presque)
À prendre littéralement ou avec une certaine ironie, à votre bon plaisir.

Clic sur la photo pour l’agrandir.

Photo prise début du mois de mai 2018. J’y faisais ma première longue sortie pour me rendre chez le coiffeur, côté Grand Parc, à l’opposé du quartier des Chartrons. 🙂 Ce quartier en pleine rénovation comme vous pouvez le constater, devienne   presque parfait, eu égard à ce que c’ était avant. Pourquoi ? Tout simplement parce que planait dans l’air l’inauguration dans ce Cours, par Monsieur Juppé,  de la nouvelle salle des fêtes et autres spectacles qui se trouve tout au début de cette route,  et dont j’ai déjà mis la façade dans le style de Mondrian. En y passant, la chaussée n’était pas du tout parfaite pour y poser ce pied droit dans mes tennis, chaussures souples. J’ai pu ainsi aller enfin chez le coiffeur et m’offrir une nouvelle coiffure, ce qui était totalement parfait pour le moral 🙂

 

 Qu’ont trouvé nos ami(e)s photographes pour ce thème ?  😉

Alexinparis, Gilsoub, Blogoth67, Who cares?, Pink Turtle, Bubble gones, Céline in Paris, FerdyPainD’épice, Rythme Indigo, Cricriyom from Paris,
The Beauty is in the Walking, Jakline, Ventsetvoyages, La Fille de l’Air, Albane, Marie-Paule, écri’turbulente, Pat, J’habite à Waterford, Chiffons and Co, Nanouk,

Tambour Major, Xoliv’, Christophe, Laurent Nicolas, Nicky, Krn, Frédéric, Mamysoren, Betty, Lilousoleil,
Philisine Cave, Amartia, Giselle 43, La Tribu de Chacha, Pilisi, Angélique, Sandrin, Josette, DelphineF, Mirovinben,

Josiane, Eurydice, Renepaulhenry, Akaieric, magda627, Brindille, Morgane Byloos Photography, Escribouillages, Julia, Lavandine,
Lau* des montagnes, Sous mon arbre, El Padawan

——-
Thème : Parfait (ou presque),
choisi par Nanouk (http://1jalf.blogspot.ca/)
Note de l’auteur-e
À prendre littéralement ou avec une certaine ironie, à votre bon plaisir.
——-

La houle

Charente-Maritime – Saint-Palais

 

La houle

J’aimerais naviguer avec toi sur la houle
Celle qui nous entraîne loin de la foule.
Nos caresses, nos baisers, notre monde.
Vient donne-moi la main, dans cette ronde.

Où nous perdons pieds, hors de toute réalité
Nos corps l’un près de l’autre accolés
S’embrasent, se lovent, s’enroulent
Dans le creux des vagues de la houle.

Nos mains s’égarent éperdus et heureux
De sentir ce désir couler entre nos doigts
Les miens caressant avec délice ce mat
Tendu vers l’ultime plaisir, en faire notre loi.

© G.Oppenhuis août 2011

.

Je n’ai pas à me sentir ivre (Eugène Guillevic)

J’aime Eugène Guillevic poète. Merci à arbrealettres pour tous ces trésors à découvrir sans modération. 🙂

Arbrealettres




Je n’ai pas à me sentir ivre
Pour être en communion
Avec toi, l’étendue, avec
Ce que tu contiens.

Il me suffit
De toi et de moi,
Il me suffit de nous,

Tels que nous sommes,
Ivres seulement d’exister
Toi et moi

Et de sentir
Entre nous passer
Ce courant qui n’en finit pas,
De le retrouver

Chaque fois que je t’approche —
Et même quand je suis loin.

(Eugène Guillevic)

Recueil: Possibles futurs
Traduction:
Editions: Gallimard

View original post

Photo du mois de mai 2018 – #38 – Made in Japan

Ce mois ci c’est Mirovinben qui propose le sujet :

Made in Japan.
Technologie, gastronomie, art de vivre, croyances, loisirs, littérature, multimédia… Quelque chose venant du Japon.

Ne me trouvant pas encore chez moi pour ce thème, je n’avais pas de quoi faire la photo. J’ai alors pensé à un art que j’avais déjà utilisé pour un thème de la photo du mois que vous trouverez ici : ICI

L’ikebana, également connu sous le nom de kadō, « la voie des fleurs » ou « l’art de faire vivre les fleurs », est un art traditionnel japonais basé sur la composition florale.

« Dans l’ikebana la théorie n’est pas tout. L’ikebana c’est surtout savoir observer les plantes et savoir les approcher. À leur contact une conversation intime se noue. L’ikebana enseigne ce langage et permet à chacun de devenir artiste avec une branche. »

— Kizashi, École Shinenshu

J’avais oublié de prendre le support et ai constaté que les œillets ne vont pas du tout avec le dessous. J’aurais dû faire l’inverse. L’orange sur le bord, et l’œillet en hauteur. Tant pis. C’est trop tard. 🙂 J’ai bien aimé replonger dans cette confection de bouquets. 🙂
Sources : Wiki

La personne suivante nous rejoint ce mois-ci, bienvenue à elle 🙂

Pink Turtle (https://pinkturtle.blog)

 Qu’ont trouvé nos ami(e)s photographes pour ce thème sans « soucis » 😉

Gine, Lyonelk, Gilsoub, The Beauty is in the Walking, Betty, Xoliv’, Renepaulhenry, Mamysoren, Brindille, Marie-Paule,
J’habite à Waterford, Philisine Cave, magda627, Nicky, Amartia, FerdyPainD’épice, DelphineF, Pink Turtle, Chiffons and Co, Céline in Paris,

Albane, Julia, BiGBuGS, Lavandine, Escribouillages, écri’turbulente, Ventsetvoyages, Pat, El Padawan, Laurent Nicolas,
La Fille de l’Air, Pilisi, Blogoth67, Mirovinben, Angélique, Tambour Major, Morgane Byloos Photography, Sandrin, Krn, Bubble gones,

Josiane, Frédéric, Giselle 43, Cricriyom from Paris, Alexinparis, Akaieric, Eurydice, Nanouk, Rythme Indigo, Sous mon arbre,
Christophe, Aude, Jakline, La Tribu de Chacha.

Film documentaire : Le bouton de Nacre de Patricio Guzman

Une histoire bouleversante sur les premiers habitants de Patagonie, cinq groupes, arrivés il y a dix mille ans dont il ne reste à ce jour qu’environ dix habitants. Une histoire entre les liens qu’ils entretenaient entre l’eau, le ciel, le langage, les sons de l’eau, l’osmose avec le cosmos.

Surtout sur l’histoire de ces peuples qui ont existé dans ce bout de terre si inhospitaliers qui ne demandaient rien qu’à vivre en osmose où le mot Dieu n’existait pas. Ils s’étaient habitués à cet endroit si hostile jusqu’au jour où un navire Anglais est arrivé…… la suite dans le film documentaire.

Pourquoi faut-il que ce qui vit différemment de nous, doit se soumettre à notre mode de vie, de pensées, d’habitat, parce que différent ? L’inverse est vrai aussi. Je pense aux grandes invasions depuis que les migrations ont commencé au début des territoires de la terre.

Ce film m’a fait découvrir un fait que j’ignorais dans cette région si lointaine. Quel goût d’amertume, de révolte, de colère en écoutant les mots, les faits. Cela me ramenait à ce qui c’est passé en Australie il y a très longtemps. Un article à faire et dont une partie se trouve sur le bureau de mon pc à Blaye.

Je ne sais si tout le monde pourra voir se film-documentaire ? En cherchant peut-être dans votre côté du
monde ?

https://vimeo.com/ondemand/boutondenacre

En passant en revue via le moteur de recherche, il n’y a rien à ajouter. Juste quelques sites qui donnent une géographie plus complète de la répartition de tous ces groupes.

http://www.christianclot.com/index.php/hielo-indiens

Ou alors pour du tourisme dans un mode lucratif pour les organisateurs.

Dans ce film il est surtout question des Kaweskars en mauve sur la carte.
Cette histoire rejoint à la lecture d’un merveilleux livre d’Isabelle Autissier, L’amant de Patagonie (prix Maurice Genevoix 2013) où j’ai pu y retrouver dans ce film-docu, ce que j’y avais lu grâce à cette grande voyageuse.