28 réactions sur “Silent Sunday #45

    • Bons ou mauvais, ils restent. S’affaiblissent. Ne sont pas oubliés pour les mauvais. Les bons gardent leur intensité et c’est grâce à ceux-là, ces petits bonheurs en rappels que perso je puis avancer.:)

  1. Revoir nos anciennes écoles nous réservent beaucoup de nostalgie et nous rappelle tous nos rêves, nos plans d’avenir sur la comète, l’insouciance !
    bon dimanche

    • Je n’ai pas fréquenté beaucoup d’écoles. Chacune catholique en étant petite, laïque en déménageant en primaire, et ensuite dans ce lycée m’ont apporté des histoires. Les plus importantes dans les grandes classes. 🙂

    • Bon dimanche Gisèle,
      Oui oui et quel pan. Tout ce qui m’a construit. J’ai eu beaucoup de chance d’avoir l’école. C’est aussi grâce à elle que j’ai pu m’en sortir. Apprendre, la curiosité. Et des tas d’autres choses. Une trop grand maturité vis à vis des copines. Mais au final, malgré ce décalage, je les ai eues ces copines. La prochaine fois, je mettrai prise en photo de la photo, et non scannée, l’intérieur de la cour de récréation avec mon amie actuelle et moi-même à mourir de rire. Ici à midi le ciel a été tout noir. Là c’est passé. Du vent. Je suis à Bordeaux et c’est protégé, au deuxième étage. Je rentre demain chez moi où cela devient de plus en plus chouette 🙂 Bisous.

  2. Ah comme j’aurais aimé aimer mes écoles quand je vois avec quelle nostalgie certains retournent sur ces lieux de leur jeunesse ! Mais entre elles et moi il y a toujours eu une terrible incompatibilité d’humeur …
    😉

    • Oui oui, je le sais. C’est la raison pour laquelle j’aime raconter le contraire, et tout ce que mes professeurs que nous avons revu après être parties de là. Une grande réunion à nos quarante ans. Ce fut géant.
      Nous avons eu la chance d’avoir des professeurs extraordinaires. Dans l’ensemble bien entendu. Surtout les principaux. En Belgique c’est fort différent ainsi que l’enseignement semble t-il. Je regrette votre année de philosophie qui n’était pas à l’époque au programme. Et pourquoi cette incompatibilité ?

      • Les plus beaux internats
        possèdent tous des murs qu’il ne faut pas franchir. Obéissante, je ne les franchissais que dans mes rêves. Mais de ses rêves on ne revient pas toujours à l’heure pour écouter les cours. Souvent je restais avec eux au détriment de l’enseignement qui me dérangeait passablement. Mais depuis, la vie m’en a appris beaucoup plus et de manière plus ludique . 😉

      • Je comprends. 🙂 Merci pour ton opinion. L’école a été pour moi une bénédiction, un refuge loin de la maison. Ceci pour diverses raisons. Ensuite, j’ai toujours adoré apprendre. J’ai voulu devenir professeur en langue germanique à Bruxelles. Néerlandais, Allemand, Anglais. Je n’ai pas pu, pas su. Bref, une autre histoire. C’est dommage, c’est comme cela. 🙂 J’aurais préféré et j’ai même demandé aller à l’internet, question de sécurité. Cela me fut refusé. Les murs que je pouvais y rencontrer auraient été bien sages à côté de ceux vécus à la maison.

C'est gentil d'y avoir pensé, merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s