Noir

Bernieshoot sujet littéraire sur le noir. Clic sur le lien

Une grille noire qu’il suffit de franchir d’un côté ou de l’autre. Entre passé et avenir, sur le fil d’un passage, l’esprit erre. Passera, passera pas. Il reste en retrait, rumine, cogite. Un bloc de souvenirs noirs qui l’étreint, l’oppresse depuis sa naissance. La porte est ouverte et il se trouve en prison. Dans l’espace restreint d’une mémoire qui lui renvoie trop souvent de ces flashes horribles, douloureux, où il ne suffit que d’un seul coup de fil pour basculer dans ce gouffre noir qui l’attire malgré lui.

Il se croit enchaîné et sait qu’il a le droit de se détacher, c’est du moins ce qu’on lui raconte. Il connaît toutes les ficelles, pourquoi encore écouter les autres, puisque lui-même ne parvient pas à résoudre l’équation de l’oubli. Le noir il l’aborde souvent aussitôt remplacé par de belles couleurs pendant des heures et des jours. Ensuite l’esprit sombre revient comme un diable de feu voulant lui ronger les entrailles à en vomir. Maux de dos, de ventre, impotence dans l’action ne fut ce que quelques jours. Qu’est-ce que le temps pour l’univers aussi sombre que ce noir là ? Il aimerait rejoindre les étoiles là-haut et s’y mêler. Il paraît que les âmes errantes sont plus nombreuses que les autres qui s’approprient un autre univers.

Pensées furtives d’un esprit comme le juif errant « personnage légendaire dont les origines remontent à l’Europe médiévale et qui ne peut pas perdre la vie, car il a perdu la mort : il erre donc dans le monde entier et apparaît de temps en temps. » Le père faisait référence tant de fois à ce personnage. La conscience retient en souvenir ces mots. Devant les barreaux il regarde le travail merveilleux du fer, s’y attache. Le regard s’accroche et s’égare dans les volutes et les méandres des formes inventées par l’artiste. Un vrai jeu de piste pour oublier que tout a été faussé depuis le début. Il croyait être libre et dans ses nombreuses tranches de vie au fil des ans, il s’est rendu compte que le jeu n’en valait pas la chandelle. Que les soubresauts évoqués en tant que résilience, peut-être, il n’y trouve aujourd’hui aucun intérêt. Tout est trop tard. Il a tout raté.

Il n’a fait que poursuivre comme Don Quichotte des moulins à vents et chercher la quête de la liberté, son Graal. Il croyait que Merlin pouvait être son salut, il est si loin. La coupe est vide, il n’y a rien, tout est tronqué, invisible pour l’aveugle qu’il est. Aucun son ne lui parvient il est sourd. Il ne veut rien entendre, rien écouter.
Seule la musique peut le sortir d’où il se trouve et l’emporter vers la clarté. Elle le prend sur sa portée de notes et le jette au milieu de la symphonie de la nature. Là est le refuge, le seul. Il est en osmose avec la terre et lui appartient. Il y retournera c’est là le juste retour des choses. « Tu es poussière et tu redeviendras poussière« . Quoi de plus naturel en somme.

L’esprit se gausse de telles pensées qui lui viennent face à elle trop de fois. Elle a beau dire et répéter :
– Non, non, non !
Il se pourlèche de la voir se rétrécir, s’amoindrir, se recroqueviller dans sa coquille fendillée. Elle n’était pas. Elle est. Elle ne sera plus.

Geneviève Oppenhuis 28-11-2017
565 mots.

14 réactions sur “Noir

  1. Une belle expression en effet ! Je crois comprendre qu’il s’agissait d’un défi. Personnellement c’est le genre de choses qui m’a souvent amenée à me dépasser, à libérer les mots qui arrivaient comme ça. Aujourd’hui je ne me sens plus prête à cela. Paresse ? Saturation ? Manque de motivation ?

    • Merci Solange, il y avait bien longtemps que je n’avais plus relevé un tel défi. Comme j’étais d’humeur très noire, les mots ont été une forme d’exutoire. Je pense qu’il faille être motivée pour se lancer.

    • Bonjour Elisa,
      En lisant tes conseils, tes mots sur ce blog concernant l’écriture. Tu penserais à une suite ? Le challenge était d’écrire une autre avec mille mots.
      Ils sont sortis de mes tripes sans savoir qu’en franchissant les grilles de ce jardin, ils se soient mis (un jardin swami 🙂 ) en place de cette manière.
      Le lecteur pourrait se fatiguer de naviguer dans la noirceur du sujet.
      Et dire que je lis des polars 😆
      Et aussi plongée dans l’artiste Sophie Calle, un cadeau reçu par ma belle-fille. Des petits livres dans une boîte sur cette dame qui pour le petit livre où suivre des personnes en rue m’avait déjà effleurée, en faire des photos et en écrire des textes.
      Je vais mettre ce texte hors de ce blog et l’imprimer tient. Le transférer sur mon traitement de texte. Sinon c’est oublié.
      Merci pour ton commentaire.
      Bisous.

  2. Bravo Geneviève tu as très bien relevé ce défi ,ton texte et ta photo nous emmènent vraiment dans les spirales du noir . Je vais peut être écrire un autre texte en prose si j’ai le temps , pas évident d’arriver à 500 mots avec des acrostiches de noir ou alors je m’attelle de nouveau aux rimes pour arrimer au bon compte .
    Bonne soirée
    Bisous

  3. … certaines grilles, même jolies, sont bien difficiles à franchir, sans doute, trop de souvenirs en tête…
    Bises de Mireille du sablon

    • Bonsoir Bébert 🙂
      Pour la grille, c’est celle du Jardin Public à Bordeaux, il y a environ dix ans de cela 🙂
      Pour le texte, quelqu’un m’a dit ce matin d’écrire. Et bien voilà, le sujet était tout trouvé et l’inspiration est passée par là. Il y avait longtemps. Je n’en ai plus guère pour l’écriture.
      A propos, pour Blaye, je vais modifier le lien de la catégorie, tu pourras ainsi voir une photo ou deux, de Teuillac lors d’une récente brocante. Je devrais encore mettre le lavoir, dont j’ai fait des photos aussi 🙂

C'est gentil d'y avoir pensé, merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.