Poésie : Passants

Bordeaux – fête du vin juin 2018 – clic sur l’image pour l’agrandir

 

Il n’est pas vrai qu’on soit orgueilleux d’aimer tant,
Et que d’un oeil d’aigle on regarde
Les passants affairés, indifférents, contents,
Noyés de lumière blafarde.

Il n’est pas vrai qu’un grave et poignardant amour
Isole noblement le rêve;
Nul ne dit les combats dont l’assaille sans trêve
Le désir, conflit sombre et sourd !

Il n’est pas vrai que l’âme altière et transportée
Bénisse son cruel fardeau.
Même si l’on paraît éblouie et hantée,
L’on ne vit qu’en courbant le dos.

Comment se réjouir d’avoir livré sa chance
À l’étranger vague et secret
Qui, selon sa rieuse ou grave nonchalance,
Nous emmêle à son sort distrait ?
– Ah! pouvoir n’aimer pas celui qu’on aime ! N’être
Pas l’esclave d’un beau vivant !
Vivre libre, espérer, choisir, vouloir, connaître !
Fendre l’azur comme le vent !

Ne pas être liée avec de durs cordages,
Secs et fermés comme des poings,
Au charme inévitable et fortuit d’un visage,
Qu’on eût pu ne rencontrer point !

N’avoir pas transféré sa digne solitude,
Unique et nombreuse à la fois,
Dans un corps dont les yeux, la voix, la lassitude
Semblent sacrés ou bien narquois !

Ne pas être obligée à constater sans cesse
Que rien ne nous est plus soumis,
Et que, ne nous laissant qu’une atroce paresse,
Notre coeur bat dans l’ennemi !…

Anna de Brancovan, comtesse de Noailles

12 réactions sur “Poésie : Passants

  1. Déçu par cette auteur que je connais peu au fond, je préfère au hasard, en restant chez les nobles, le Comte de Lautréamont !

    “Plût au ciel que le lecteur, enhardi et devenu momentanément féroce comme ce qu’il lit, trouve, sans se désorienter, son chemin abrupt et sauvage, à travers les marécages désolés de ces pages sombres et pleines de poison ; car, à moins qu’il n’apporte dans sa lecture une logique rigoureuse et une tension d’esprit égale au moins à sa défiance, les émanations mortelles de ce livre imbiberont son âme comme l’eau le sucre. Il n’est pas bon que tout le monde lise les pages qui vont suivre ; quelques-uns seuls savoureront ce fruit amer sans danger. Par conséquent, âme timide, avant de pénétrer plus loin dans de pareilles landes inexplorées, dirige tes talons en arrière et non en avant. Écoute bien ce que je te dis : dirige tes talons en arrière et non en avant.”

    • Merci pour ce partage : Un extrait des Chants de Maldoror ?
      Pour la petite histoire de la poésie que j’ai mise. En naviguant sur les mots, je suis restée « plantée » sans m’enraciner devant le mot : « Passant », d’où le fait d’avoir chercher une poésie qui pouvait satisfaire quelque peu mon oreille. 🙂 J’ai quelque peu été fainéante pour en créer un moi-même. Manque d’inspiration depuis un bon moment.

    • Dans ce poème, pas mal de mots se rappellent à un vécu au présent. Le hasard du choix en partant du mot : Passant et non Maupassant 😉
      Le hasard étant pour les mathématiciens une question de synchronicité, ou pour d’autres une manière à Dieu de se manifester à nous.
      D’autres interprétations diverses sont les bienvenues, je les accepte bien volontiers. Tient cela me rappelle quelque chose que je vais mettre immédiatement dans un article.
      Bises
      Gene

    • Bonne semaine Claudie.
      J’aimais aussi beaucoup cette poète, également lu à l’école 🙂 Et dans le fameux livre transmis par maman d’une ancienne anthologie de la poésie Française, lu et relu.
      Bises.

C'est gentil d'y avoir pensé, merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.