Poésie : La femme âgée (Martine Hadjedj)


Je n’ai pu que m’arrêter sur ce poème, en cherchant la trace du mot : « diamant » Celui-ci est tellement beau et touchant. Il me parle, la route pointe à l’horizon. Encore de longues marches, ne pas tomber, aller de l’avant, essayer du moins malgré les maux physiques. Ceux de l’âme peuvent encore se réjouir au creux de tous les diamants de la nature. Et ceux en soi. La suite est à lire chez le poète semeur de mots. Merci pour lui.

Arbrealettres


LA FEMME AGEE

Autrefois, j’étais belle, j’attirais les regards,
Sur mon glorieux passage, les hommes se retournaient,
Le monde et ses égards, oui, tout m’appartenait,
A présent, je suis vieille, j’ai perdu mon pouvoir.

J’ai reçu bien des roses ; leurs épines m’ont blessée,
Après les jours heureux suivaient les nuits glaciales,
J’ai affronté déserts, tempêtes, et chacals,
Et sans jamais plier, j’ai lutté, supporté.

Mais tous ces coups du sort, reçus en pleine face,
En laissant sur ma peau, d’indélébiles traces,
Ont fortifié mon âme, comme un muscle qui travaille.
Elle devenait plus belle, après chaque bataille.

Et vous tous qui pensez, sa beauté s’est fanée,
Emportée par le temps, eh bien vous vous trompez,
Car de cette sombre pierre qu’était mon cœur, avant,
Les intempéries de la vie en ont fait un diamant.

Derrière mes yeux, délavés par tant de larmes versées,
Et mes paupières ridées, usées par…

Voir l’article original 24 mots de plus

12 réactions sur “Poésie : La femme âgée (Martine Hadjedj)

  1. Avec le temps…
    Avec le temps, va, tout s’en va
    On oublie le visage et l’on oublie la voix
    Le coeur, quand ça bat plus, c’est pas la peine d’aller
    Chercher plus loin, faut laisser faire et c’est très bien
    Avec le temps…
    Avec le temps, va, tout s’en va
    L’autre qu’on adorait, qu’on cherchait sous la pluie
    L’autre qu’on devinait au détour d’un regard
    Entre les mots, entre les lignes et sous le fard
    D’un serment maquillé qui s’en va faire sa nuit
    Avec le temps tout s’évanouit
    Avec le temps…
    Avec le temps, va, tout s’en va
    Même les plus chouettes souvenirs ça t’as une de ces gueules
    A la Galerie je farfouille dans les rayons de la mort
    Le samedi soir quand la tendresse s’en va tout seule
    Avec le temps…
    Avec le temps, va, tout s’en va
    L’autre à qui l’on croyait pour un rhume, pour un rien
    L’autre à qui l’on donnait du vent et des bijoux
    Pour qui l’on eût vendu son âme pour quelques sous
    Devant quoi l’on se traînait comme traînent les chiens
    Avec le temps, va, tout va bien
    Avec le temps…
    Avec le temps, va, tout s’en va
    On oublie les passions et l’on oublie les voix
    Qui vous disaient tout bas les mots des pauvres gens
    Ne rentre pas trop tard, surtout ne prends pas froid
    Avec le temps…
    Avec le temps, va, tout s’en va
    Et l’on se sent blanchi comme un cheval fourbu
    Et l’on se sent glacé dans un lit de hasard
    Et l’on se sent tout seul peut-être mais peinard
    Et l’on se sent floué par les années perdues
    Alors vraiment
    Avec le temps on n’aime plus.

      • Non Francis, ça va. Je suis tombée hier dans le sas qui va vers les poubelles. Heureusement que je bavardais avec une dame avant de conduire ma voiture chez le carrossier suite à un accident pas grave, mais bien pour la bagnole le jour où nous sommes allés chercher la Minouche, notre nouvelle habitante à quatre pattes à la maison à Bordeaux. Elle devra s’habituer plus tard, à faire le trajet à Bordeaux-Blaye où elle ira dans quelques mois pour la première fois. Je suis tombée en arrière et ai eu beaucoup de chance, il y avait deux marches derrière moi. Je ne sais pas encore comment je n’ai que le pouce atteint. J’attends jusqu’à demain pour voir comment cela évolue. Une bonne foulure d’après moi. Il n’est pas cassé, je ne pourrais plus le bouger. Dans ce sas, si j’avais été seule en trébuchant sur ces deux marches, je ne sais comment j’aurais pu prévenir sans tel mobile sur moi ? La question ici dans l’appartement s’est posé avec mon mari, même si nous vivons séparément. Pour l’instant, je loge à Bordeaux pour mes examens médicaux et là hier pour la bagnole, ensuite pour mes dents. 😆 Mieux vaut en rire…… pour la sans dent que je suis en ce moment 😉

C'est gentil d'y avoir pensé, merci.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.