Alphonse de Lamartine – Poésie : Un nom

Sources : tourisme-alsace.com – Kaysersberg

Un nom

Il est un nom caché dans l’ombre de mon âme,
Que j’y lis nuit et jour et qu’aucun oeil n’y voit,
Comme un anneau perdu que la main d’une femme
Dans l’abîme des mers laissa glisser du doigt.

Dans l’arche de mon coeur, qui pour lui seul s’entrouvre,
Il dort enseveli sous une clef d’airain ;
De mystère et de peur mon amour le recouvre,
Comme après une fête on referme un écrin.

Si vous le demandez, ma lèvre est sans réponse,
Mais, tel qu’un talisman formé d’un mot secret,
Quand seul avec l’écho ma bouche le prononce,
Ma nuit s’ouvre, et dans l’âme un être m’apparaît.

En jour éblouissant l’ombre se transfigure ;
Des rayons, échappés par les fentes des cieux,
Colorent de pudeur une blanche figure
Sur qui l’ange ébloui n’ose lever les yeux.

C’est une vierge enfant, et qui grandit encore ;
Il pleut sur ce matin des beautés et des Jours ;
De pensée en pensée on voit son âme éclore,
Comme son corps charmant de contours en contours.

Un éblouissement de jeunesse et de grâce
Fascine le regard où son charme est resté.
Quand elle fait un pas, on dirait que l’espace
S’éclaire et s’agrandit pour tant de majesté.

Dans ses cheveux bronzés jamais le vent ne joue.
Dérobant un regard qu’une boucle interrompt,
Ils serpentent collés au marbre de sa joue,
Jetant l’ombre pensive aux secrets de son front.

Son teint calme, et veiné des taches de l’opale,
Comme s’il frissonnait avant la passion,
Nuance sa fraîcheur des moires d’un lis pâle,
Où la bouche a laissé sa moite impression.

Sérieuse en naissant jusque dans son sourire,
Elle aborde la vie avec recueillement ;
Son coeur, profond et lourd chaque fois qu’il respire,
Soulève avec son sein un poids de sentiment.

Soutenant sur sa main sa tête renversée,
Et fronçant les sourcils qui couvrent son oeil noir,
Elle semble lancer l’éclair de sa pensée
Jusqu’à des horizons qu’aucun oeil ne peut voir.

Comme au sein de ces nuits sans brumes et sans voiles,
Où dans leur profondeur l’oeil surprend les cieux nus,
Dans ses beaux yeux d’enfant, firmament plein d’étoiles,
Je vois poindre et nager des astres inconnus.

Des splendeurs de cette âme un reflet me traverse ;
Il transforme en Éden ce morne et froid séjour.
Le flot mort de mon sang s’accélère, et je berce
Des mondes de bonheur sur ces vagues d’amour.

– Oh ! dites-nous ce nom, ce nom qui fait qu’on aime ;
Qui laisse sur la lèvre une saveur de miel !
– Non, je ne le dis pas sur la terre à moi-même ;
Je l’emporte au tombeau pour m’embellir le ciel.

Alphonse de Lamartine (1790-1869)

Silent Sunday #84

 

silentsunday

.

Silent Sunday #59

silentsunday

Alsace – Obernai

DH000046 Obernaix1600scadre

“Serre chacun contre ton coeur comme s’il était un membre de ta propre famille, cela seul est digne de l’être humain.” Swami Prajñanpada

DH000045x1600scadre

« La vérité est comme le soleil. Elle fait tout voir et ne se laisse pas regarder. » Victor Hugo

DH000043 x1600s cadre

« Une bouteille de nos vignes, Et, avec elle, une aimable fille, Y-a-t-il de meilleurs briseurs de soucis Que l’amour et le vin d’Alsace ? »
Joseph Graff

« Un petit verre de vin d’Alsace, c’est comme une robe légère, une fleur de printemps, c’est le rayon de soleil qui vient égayer la vie. »
Christian Dior

Silent Sunday #28

DSC_0702-1x2000s cadre

silentsunday

Le lac de l’oubli

DH000012x1500encadreS

Le lac de l’oubli

Cela faisait des heures qu’elle suivait
Les pas de ceux qui la précédaient
Le sac à dos butait contre ses reins
Au rythme d’une marche sans fin

Autour d’elle un grand désert blanc
Une fine poussière soulevée par le vent
Venait en boucher l’horizon, à foison
D’un chemin emprunté, par dérision

Au fil du temps, elle avait appris la lassitude
De ne retrouver, ni les mots ni les phrases
C’était à la fin devenue une habitude
De se laisser emporter par pégase

Dans les nuages, là haut plus de raccourci
Les souvenirs et les pensées à jamais envolés
Egarés pour toujours dans cette blancheur immaculée
Où ils finirent par s’échouer sur le lac de l’oubli.

© Geneviève O. 07.09.2007

Je pars en voyage

© G. Photos Alsace - Immeuble à Obernai, sur la Grand Place.

© G. Photos Alsace – Immeuble à Obernai, sur la Grand Place.

Bonjour à tous,

Je souhaiterais d’abord dire un GRAND merci à toutes, tous les ami (e)s qui sont venu (e)s me rejoindre en privé. Je pars aujourd’hui voir mes enfants et petits-enfants en Belgique (le fameux voyage annulé et que j’ai reporté et dont j’ai été remboursée) où il fera beau contrairement à ici où il y aura de la pluie et du vent. Ensuite je reviens et nous partons jusqu’au 27 juin en Alsace où nous aimons tant aller.
Je me déconnecte d’internet, sauf pour mes mails. Avec mon tel portable comme le font beaucoup même des mamies, moi je ne peux pas, sauf pour la fonction première, téléphoner et envoyer des sms. Je peux aider en informatique, mais pas en téléphonie, suis nulle dans ce domaine, car nous ne pouvons pas tout connaître. 🙂

A très bientôt et encore un grand merci de venir me faire des coucous 🙂 ou mettre des commentaires.

Bisous d’amitiés.
Geneviève

Bliss# Photo101- Photography 101- 05-03-2015

Bliss# Photo101- Photography 101- 05-03-2015
Bliss = Béatitude.

France - Vosges - Gérardmer

France – Vosges – Gérardmer

France - Nord de Bordeaux - La Grange

France – Nord de Bordeaux – La Grange

Alsace : Kaysersberg – vue colorée

DH000042-2 Kaysersberg 2007 x 600s

Vue colorée

La neige tombe nous sommes en hiver. Dans mes souvenirs
Trainent des maisons Alsaciennes aux vues colorées,

Colombages petits coins secrets  à découvrir
Endroits de verdure, joie de vivre, mines ensoleillées

Les fenêtres s’habillent de mystères et se dénudent
Offrant à mon regard, des vitres, du bois, de quoi rêver.

J’imagine les vies à l’intérieur, derrière ces murs
J’ose espérer que la chaleur, y règne et la sérénité.

Les odeurs de l’herbe coupée m’envahissent
Plaisir de l’été à venir, après le froid d’aujourd’hui.

© G.poésies 28-01-2015

Photography 101 – Water

Photography 101 – Water

 

DSC_0044-1x600s

Bordeaux – Jardin-Public

DSC_0139-1x600s

Bordeaux – Pont Chaban-Delmas – Arrivée de l’Hermione

 

DSC_0373x600s

Bordeaux – Le miroir et ses brumes

Astuce : Vous vous demandez si une photo fonctionnera mieux horizontalement ou verticalement ? Il est une question à se poser en regardant à travers le viseur ! Les êtres humains ont une vision binoculaire – ce qui signifie que nous avons deux yeux, à côté  l’un de l’autre – et numérisons naturellement une scène le long d’une horizontale, plutôt que verticale, en avion.

Après vous prenez votre image, faire pivoter votre appareil photo et prendre une seconde vue de l’autre orientation – horizontalement si vous avez pris la première verticale de l’image, et vice versa. Comment une photo verticale affecte votre scène ? Quelle version préférez-vous ?

Vous êtes invités à publier une ou deux versions de l’image – et êtes libre de parler de votre processus de prise de vue, aussi. Traduction quasi totale du lien en Anglais ci-dessus.

DSC_0547x600s

Alsace – Strasbourg

DSC_0791x600s

Alsace – Strasbourg

Le 25-08-2013 Weekly photo challenge proposait aussi One shot two ways et voici le lien :

http://filamots.wordpress.com/2013/08/25/weekly-photo-challenge-one-shot-two-ways/