Photo du mois de novembre 2018 – #41 – Abécédaire

Ce mois ci c’est écri’turbulente qui propose le sujet :

Abécédaire
Ni calligraphie, ni broderie au point de croix, mais notre environnement champêtre ou urbain qui naturellement dessine les lettres de l’alphabet.
Attention, on n’arrange pas trois brins d’herbe pour qu’ils deviennent un N.
On observe autour de soi, on photographie et c’est tout !

Bordeaux - Jardin Public - Jaume Plensa

Clic sur la photo pour l’agrandir

Quelques photos de ces sculptures au jardin public de Bordeaux avaient déjà été mises en photos sur ce site :
ICI

La personne suivante nous rejoint ce mois-ci, bienvenue à elle 🙂

Chez ChristL

 Qu’ont trouvé nos ami(e)s photographes pour ce thème ?  😉

Eurydice, Mirovinben, Laurent Nicolas, Cricriyom from Paris, Danièle.B, Xoliv’, Pat, Tambour Major, Marie-Paule,
Who cares?, Lilousoleil, Julia, Alexinparis, Cara, Gine, DelphineF, ChristL, Mamysoren, J’habite à Waterford,

Giselle 43, Brindille, Nanie, Aude, Blogoth67, Gilsoub, Nanouk, Sous mon arbre, magda627, Philisine Cave,
El Padawan, Christophe, Sandrin, Pilisi, Morgane Byloos Photography, La Tribu de Chacha, Pink Turtle, Jakline, Lavandine, Krn,

Angélique, Frédéric, Céline in Paris, Josiane, Escribouillages, écri’turbulente, Amartia, Nicky, Akaieric, Josette, Renepaulhenry.

Poésie-Coquelicot Paroles de Charles Trenet


COQUELICOT
Paroles de Charles Trenet – Musique de Charles Trenet et Albert Lasry
© 1948 – Raoul Breton

***
Coqu’licot, coqu’licot,
Fleur des champs, coeur sauvage
Coeur en fleur du bel âge,
Coeur des champs, pas méchant.
Coqu’licot dans les blés,
Au soleil de la vie,
Rougissante et ravie,
Ta p’tite âme me plaît.
Parfois, tout comm’ moi,
Tu suis les rails d’un train,
D’un train qui n’pass’ plus
Merveilleux ch’min plein d’entrain
Le chemin des beaux jours,
Du ciel bleu, des vacances,
Des poèmes, des romances.
Coqu’licot d’amour.

***
Je m’souviens de Margot,
Je m’souviens de Jeannette,
Coqu’licots ou bleuettes
Je m’souviens mêm’très bien
De Suzon, de Mado.
Blondinettes ou brunettes,
Et j’entends dans ma tête
L’écho d’nos bécots.
Chacune fut exquise,
(J’leur ai conté fleurette)
Chacune fut éprise
De ma petite chansonnette.
Coqu’licots des faubourgs,
Des banlieues ou des villes,
Qui choisir entr’ cent mille
Coqu’licots d’amour.

***
Coqu’licot, coqu’licot.
Fleur des champs, coeur sauvage,
Coeur en fleur du bel âge,
Coeur des champs, pas méchant,
Troubadour des talus,
Vagabond des prairies,
Liberté de la vie,
Coqu’licot élu.
Bien mieux qu’un’ fleur snob,
Qu’une orchidée, « ma chère! »
Chérie! sur ta robe
N’est-c’ pas, c’est lui qu’tu préfères?
Coqu’licot des beaux jours,
Du soleil, des vacances,
Coeur ardent de la France,
Coqu’licot d’amour.

A hue à dia

Ce matin, lors d’une conversation très animée (gentille) sur des souvenirs passés, à un moment donné, je lui sors cette expression :

« à hue à dia »

Et d’ajouter : « Mais d’où vient donc cette expression ? » En ce qui me concerne, je sais que cela provient de mes lectures classiques. Je douterais bien qu’elle provienne de notre langage courant de tous les jours et ensuite, j’ai éclaté de rire.

Voici ce qu’internet me dit :
« Tirer à hue et à dia
Aller dans des directions opposées.
Agir de manière contradictoire, de façon désordonnée.
Origine
‘hue’ (‘hurhaut’, autrefois) et ‘dia’ ont été des cris de charretiers pour exciter un cheval et le faire avancer, ou des cris de laboureur pour faire aller le cheval de trait à droite ou à gauche, respectivement.

Clic sur image pour l’agrandir

Par extension, celui qui tire à hue et à dia (sous-entendu : simultanément) fait preuve d’un manque d’organisation certain, ou est condamné à être écartelé.

Au XVIIe siècle, on utilisait l’expression « il n’entend ni à hue, ni à dia » pour dire de quelqu’un que « on ne saurait lui faire entendre raison ».
Sources texte : internet.

Photo du mois d’octobre 2018 – #40 – Les formes géométriques

Ce mois ci c’est Danièle.B qui propose le sujet :

Les formes géométriques.
Que ce soit à la ville ou à la campagne, elles sont partout, à nous de les débusquer


Ce n’est pas le choix qui manquait pour ce sujet. 🙂 J’ai fait l’essai d’un plat et d’un bol pris du dessus. Deux cercles, et voilà une des formes géométriques qui se trouvent dans ma bibliothèque en bois, d’où les deux parallèles visibles également. Ainsi que bien d’autres à l’intérieur de ces objets récents. 🙂

 Qu’ont trouvé nos ami(e)s photographes pour ce thème ?  😉

Aude, Amartia, El Padawan, Laurent Nicolas, Morgane Byloos Photography, Josiane, Blogoth67, Brindille, Gilsoub, DelphineF,
Lavandine, Sous mon arbre, Sandrin, Julia, Lilousoleil, Josette, Ventsetvoyages, Who cares?, Pink Turtle, Tambour Major,

Christophe, Giselle 43, Nanouk, FerdyPainD’épice, Alexinparis, magda627, Xoliv’, Angélique, La Tribu de Chacha, Gine,
J’habite à Waterford, Frédéric, Eurydice, Nicky, Mirovinben, Renepaulhenry, Céline in Paris, Escribouillages, Marie-Paule, Jakline,

Weeteweete, Pilisi, Mamysoren, Danièle.B, Betty, Krn, écri’turbulente, Akaieric, Nanie, Philisine Cave

….

Avez-vous déjà vécu de ces moments appelés hasards ?

Cela se passe dans les années 1985-1990. J’ai mon ancien chef administratif et comptable qui me parle d’une session qu’il a suivie et qui s’appelle « l’illumination intensive »
Mouvance bouddhiste et réflexions dans ce domaine, au sein du lâcher-prise, de la méditation et bien d’autres éléments. Il me raconte tout cela par téléphone et me raconte son expérience.

Un peu plus tard à Bruxelles, je décide de me rendre à la Fnac dont je connaissais tous les rayons, à l’époque par coeur. 🙂
Là je me dirige au hasard. Arrive au rayon ésotérisme, spiritualité. Je prends un livre en mains totalement au hasard. J’ouvre ledit bouquin, et là, stupeur, je lis sur la page le titre : L’illumination intensive.
J’ai déposé le livre ouvert, ai repris mon souffle et me suis dit : « Mince alors, va t-il falloir que je le fasse, que je le lise ? »
J’ai bien souri à ce hasard,
feuilleté l’objet mince, pas très grand, coloré. Je suis partie.
J’ai encore fait demi-tour vers cet endroit, ai hésité à l’acheter et je me suis dit non, pas envie.

Je ne sais si j’ai eu l’occasion de le raconter à ce monsieur avec qui je suis restée en contact très longtemps même après nos cinquante ans mutuels. Nous avions vieilli, bien changés et d’excellents souvenirs de collaboration dans cette jeunesse passée. 🙂

Et vous qui lisez cet article avez-vous déjà vécu des hasards étranges, spéciaux, surnaturels, étonnants ?

Merci pour vos réponses et belle journée.

Blabla de brindille : Et voilà c’est parti pour le karcher de la façade arrière

Ne nous méprenons pas, ce n’est pas avec un arrosoir que cela va se passer. Les volets baissés de l’appartement à Bordeaux depuis trois jours, aujourd’hui c’est du sérieux.

La poésie d’hier sur le mot « façade », c’est d’actualité 😉

Sources : Internet

Lorsque je regarde les images sur internet, je ne comprends pas les échafaudages ? En attendant, cela doit ressembler en ce moment à ceci. Pas trop envie de sortir pour aller voir. 😉

En tapant, j’entends derrière moi l’eau qui coule le long des volets.
Un peu d’humour ce matin ai-je dit à l’homme. « Ouvrons la fenêtre et prenons une bonne douche » 😆 Comme la vanne ne venait pas de lui, ce fut plouf 😆

A 8h30 ils allaient débuter, ceux qui bossent. Et l’homme décide d’ouvrir tous les volets. Je lui dis que c’est indiqué sur les appartements concernés comme celui-ci que c’est aujourd’hui le grand jour du grand nettoyage de la façade à l’eau, avec le bruit qui accompagne celui du compresseur tout en bas au rez-de-chaussée. Lundi prochain, ce serait pareil. Quoi, je l’ignore.
Pour le coup il demande ce qui est écrit sur le papier. Et ensuite referme tous les volets. Je cherche encore l’erreur à cet instant. Personnellement je m’en fiche de tout cela. Juste une expérience de plus dans ma vie de tous les jours. 🙂

Zut j’aurais dû faire la photo de l’arrière avant et ensuite après. Comme ils feront la façade avant après, je vais me dépêcher de faire la photo de celle de l’immeuble côté rue. Là cela se verra. Devenu noir, ou sombre à cause de la pollution urbaine. Depuis 2004, année de la construction, c’est nécessaire.

Pour terminer, quelques photos prises récemment le long du talus de la supérette Simply, devenue « l’oiseau » 😉 Elles ne sont pas extraordinaires, je vais devoir changer d’appareil. Ou alors c’est moi qui m’y prend mal en mode choisi : Macro.

Que voyez-vous ? Un ORNI ? Merci pour vos commentaires précédents

Non, non je ne fais pas la course, et la photo prise depuis la voiture, ce n’est pas moi qui était au volant, mais bien  derrière l’appareil photo. Je laisse la question ouverte. En tout cas un Objet Roulant Non Identifié. 😆   Je n’ai pas eu le temps de pouvoir faire la photo de cet engin assez étonnant et qui m’a posé question un bon moment. Juste là où j’arrivais chez moi à Blaye, tout en haut de la montée, ouf, à l’abri des inondations. Ce jour là sous le soleil. Une photo récente.:)

Au rond-point, cet engin tourna vers la gauche, pas moyen de faire la photo, ce fut trop rapide pour le réglage. 😉

En route vers les sommets


Je mets une photo que ma belle-fille aura faite pendant leurs vacances, en Espagne dans un coin magique moins aride que ce que montre ce cliché. Mon petit loup est courageux, et va, résolu,  de l’avant. 🙂

Ceci le jour de leur arrivée sur place à Rodellar.

Silent Sunday #86

Bordeaux – Juin 2018, fête du vin

silentsunday

J’ai conscience qu’après un échange avec Mary, elle prenne la mouche comme moi je l’ai prise.
Je suppose que la décision provient certainement aussi de trop de choses par rapport à nos blogs ou sites comme ils sont appelés maintenant.

Je comprends finalement que le silence est d’or et qu’il faille toujours se taire, même par commentaires modérés ou par mails. Comme c’est triste de ne pas pouvoir s’exprimer sans pour autant avoir une forme de chantage affectif virtuel du style : « tu m’as écris ceci, et bien j’arrêterai », ce sont mes mots dits « maudits » d’une autre manière.

C’est dommage Mary de vouloir arrêter. Je venais personnellement comme j’avais envie. Un rendez-vous sympathique et agréable du dimanche. Chacun à sa vie, tu as la tienne, et d’autres comme moi ont la leur.

A bientôt j’espère pour d’autres Silent Sunday, en espérant que quelqu’un reprenne le flambeau ?

Photo du mois de juin 2018 – #39 – Parfait (ou presque)

Ce mois ci c’est Nanouk qui propose le sujet :

Parfait (ou presque)
À prendre littéralement ou avec une certaine ironie, à votre bon plaisir.

Clic sur la photo pour l’agrandir.

Photo prise début du mois de mai 2018. J’y faisais ma première longue sortie pour me rendre chez le coiffeur, côté Grand Parc, à l’opposé du quartier des Chartrons. 🙂 Ce quartier en pleine rénovation comme vous pouvez le constater, devienne   presque parfait, eu égard à ce que c’ était avant. Pourquoi ? Tout simplement parce que planait dans l’air l’inauguration dans ce Cours, par Monsieur Juppé,  de la nouvelle salle des fêtes et autres spectacles qui se trouve tout au début de cette route,  et dont j’ai déjà mis la façade dans le style de Mondrian. En y passant, la chaussée n’était pas du tout parfaite pour y poser ce pied droit dans mes tennis, chaussures souples. J’ai pu ainsi aller enfin chez le coiffeur et m’offrir une nouvelle coiffure, ce qui était totalement parfait pour le moral 🙂

 Qu’ont trouvé nos ami(e)s photographes pour ce thème ?  😉

Alexinparis, Gilsoub, Blogoth67, Who cares?, Pink Turtle, Bubble gones, Céline in Paris, FerdyPainD’épice, Rythme Indigo, Cricriyom from Paris,
The Beauty is in the Walking, Jakline, Ventsetvoyages, La Fille de l’Air, Albane, Marie-Paule, écri’turbulente, Pat, J’habite à Waterford, Chiffons and Co, Nanouk,

Tambour Major, Xoliv’, Christophe, Laurent Nicolas, Nicky, Krn, Frédéric, Mamysoren, Betty, Lilousoleil,
Philisine Cave, Amartia, Giselle 43, La Tribu de Chacha, Pilisi, Angélique, Sandrin, Josette, DelphineF, Mirovinben,

Josiane, Eurydice, Renepaulhenry, Akaieric, magda627, Brindille, Morgane Byloos Photography, Escribouillages, Julia, Lavandine,
Lau* des montagnes, Sous mon arbre, El Padawan

——-
Thème : Parfait (ou presque),
choisi par Nanouk (http://1jalf.blogspot.ca/)
Note de l’auteur-e
À prendre littéralement ou avec une certaine ironie, à votre bon plaisir.
——-