Bordeaux – Chartrons – Un autre regard

Je lis beaucoup, mais n’oublie pas, comme je peux de faire des photos. J’ai juste la flemme de les mettre, les partager 🙂
Voilà début février, ce que j’ai découvert en marchant le nez vers le bas pour savoir où mettre les pieds, pour cause de travaux. Et je découvre avec joie ces jolies couleurs inattendues.

Clic sur les photos pour les agrandir.
N’est-ce pas mignon ?

Gazette de brindille du 14-05-2020

Voilà un moment que je voulais mettre cette photo, et je me rends compte qu’elle a été prise exactement l’année dernière le 15 mai 2019. C’est amusant, comme je ne participe pas ce mois-ci à la photo du mois. Quelle étrange coïncidence.
L’après « confit » chez nous se passe comme d’habitude, sauf que nous mettons des masques pour sortir et que je pourrai très prochainement aller à Blaye pour mon dossier impôts. En tant que Belge c’est différent.
Pour ce qui concerne Boucle d’Or, elle va beaucoup mieux après la rechute d’il y a quelques jours, le test a été négatif. Et boum ce matin, à nouveau de la fièvre. Cette fois ci une prise de sang. Elle a dix ans, et lors du test elle a demandé à l’infirmière :
– Concrètement, jusqu’où avez-vous été ? En montrant avec son doigt 🙂 L’infirmière lui a tout expliqué et GG a été très étonné du terme utilisé : « concrètement ».
Son papa qui a fait une embolie pulmonaire et qui n’a pas le covid est actuellement dans un autre hôpital pour son coeur. Il avait dit à sa fille que cela faisait très mal. Ce qu’il n’aurais pas dû dire, car elle a beaucoup angoissé. Au retour, elle était toute fière de dire à son papy que tout c’était bien passé avec la phrase supplémentaire.
Elle n’a pas sa langue dans sa poche, et le mot concrètement lui ressemble tout à fait. Elle veut tout savoir techniquement et a bien raison.

Avant-hier, je suis allée à la supérette de pas loin, et hélas, un pauvre pigeon sur le trottoir, ne savait plus où donner de la tête au milieu de tout ce bruit et de toutes ces personnes qui se croisaient sur son territoire qu’il croyait avoir acquis définitivement.

Il avait déjà perdu l’habitude de nous :
Frères humains, qui après nous vivez,
N’ayez les cœurs contre nous endurcis,
Car, si pitié de nous pauvres avez,
Dieu en aura plus tôt de vous mercis.
Vous nous voyez ci attachés, cinq, six :
Quant à la chair, que trop avons nourrie,
Elle est piéça dévorée et pourrie,
Et nous, les os, devenons cendre et poudre.
De notre mal personne ne s’en rie ;
Mais priez Dieu que tous nous veuille absoudre !
François Villon première strophe,

Apprise pour moi en vieux Français. J’ai adoré 🙂

Heureusement que Minouche est là, elle détend l’atmosphère, et est adorable. Elle sait si bien se faire comprendre, même si elle n’aime pas être prise dans les bras. Au mois de septembre elle aura deux ans. J’ai des tas de photos et rien préparé. 😉

Au niveau lecture, ils se suivent rapidement et ce qui est dans les widgets sont de loin devenus bien obsolètes au niveau « fini de lire » ou « coup de coeur » 🙂

Je vais modifier mon coup de coeur, lu en Broché, que du plaisir pour le papier, assez grand pour le lire. Et puis Tchernobyl, Prypiat et moi, depuis la série, un excellent sujet à lire. La série est pire que le livre pour les descriptions. J’ai toujours à ce sujet un article à écrire.
Merci à Pierre Faverolle
à Yvan Fauth
à Geneviève Van Landuyt
etc…..belette, et nos nombreux échanges Belges 😆

 

 

Photo du mois d’avril 2020 – Le printemps

Ce mois ci c’est Renepaulhenry qui a choisi comme thème :

Vive le printemps

C’est en allant faire mes courses dans un magasin proche de chez moi situation sanitaire oblige, que j’ai pu dénicher il y a quelques jours cette fleur et cette photo que j’ai choisie parmi d’autres. Aujourd’hui, beaucoup de vent, pas trop réussie. Elles poussent tous les ans au même endroit, et j’aime les regarder. Elles ont une couleur que j’aime tant. 🙂

 Qu’ont trouvé nos ami(e)s photographes pour ce thème ?  😉

El Padawan, Cynthia, Jakline, magda627, Marie-Paule, Betty, Philisine Cave, Gine, Sous mon arbre, Eurydice,
Nicky, écri’turbulente, Pink Turtle, Lilousoleil, FerdyPainD’épice, Blogoth67, Lavandine, Giselle 43, La Tribu de Chacha, Pilisi,

Christophe, Tambour Major, Josette, Frédéric, Marlabis, Chris M, Xoliv’, Danièle.B, Akaieric,
Who cares?, J’habite à Waterford, Brindille, Laurent Nicolas, Gilsoub, USofParis, Renepaulhenry, Escribouillages.

Photo du mois de mars 2020 – Monochrome

Ce mois ci c’est magda627 qui a choisi comme thème :

Monochrome ou une seule couleur

Clic sur l’image pour l’agrandir.

Cette photo date du 28 février dernier. Telle que celle-ci a été prise, il faisait totalement gris.
J’ai dû toutefois passer par le N/B, j’ai dû me rendre compte qu’un panneau situé sur le bas des arceaux du pont était en couleur. Ceci sans doute pour la navigation fluviale. Sinon, j’aurais pu la laisser telle quelle.
Il n’y a guère de modification en passant par le N/B, sauf pour cette partie là.

Que vais-je découvrir chez nos ami(e)s ? 🙂

Xoliv’, Cynthia, Gine, Jakline, Laurent Nicolas, El Padawan, USofParis, Renepaulhenry, Blogoth67, Lavandine,
Tambour Major, Lilousoleil, Nicky, Julia, J’habite à Waterford, Gilsoub, Akaieric, Mirovinben, Who cares?, Josette,

Giselle 43, Morgane Byloos Photography, magda627, Brindille, Philisine Cave, Danièle.B, Sous mon arbre, Marlabis, FerdyPainD’épice, Eurydice,
Escribouillages, écri’turbulente, La Tribu de Chacha, Frédéric, Pilisi, Betty, Christophe, Pink Turtle, Marie-Paule.

 

Photo – Jardin public à Bordeaux


“Ce n’est pas la lumière qui manque à notre regard, c’est notre regard qui manque de lumière.” Gustave Thibon

Bordeaux – Jardin public en août il y a quelques années.

“La vie commence là où commence le regard.” Amélie Nothomb


“La beauté est indissociable du regard de celui qui voit.” Heinz Pagels

“Un regard est dans tout pays un langage.” George Herbert

Photo du jour – Tandem

Tandem de location. Habituellement, les scooters sont à une personne

Toujours et Jamais étaient toujours ensemble, ne se

quittaient jamais. On les rencontrait dans toutes les

foires. On les voyait le soir traverser le village sur un

tandem. Toujours guidait, Jamais pédalait. C’est du

moins ce qu’on supposait !

Ils avaient tous les deux une jolie casquette : l’une était

noire à carreaux blancs, l’autre blanche à carreaux noirs.

A cela on aurait pu les reconnaître ; mais ils passaient

toujours le soir et avec la vitesse…

Certains d’ailleurs les soupçonnaient, non sans raison

peut-être, d’échanger certains soirs leur casquette. Une

autre particularité aurait dû les distinguer : l’un disait

toujours bonjour, l’autre toujours bonsoir.

Mais on ne sut jamais si c’était Toujours qui disait

bonjour, ou Jamais qui disait bonsoir, car – entre

nous – comme ils étaient toujours ensemble, ils ne

s’appelaient jamais.

Paul Vincensini

Paul Vincensini né en 1930, à Bessans, d’un père corse et d’une mère savoyarde, et mort le 10 novembre 1985, est un poète français.
Alors qu’il était encore maître d’internat, Vincensini découvrit la poésie d’Alain Borne. Ce fut le début d’une intense amitié et d’une collaboration entre les deux hommes qui dura jusqu’à la disparition accidentelle d’Alain Borne en 1962. Dès lors, Vincensini ne cessa de multiplier les actions pour faire connaître le poète disparu, signant entre autres l’ouvrage qui lui est consacré dans la collection « Poètes d’aujourd’hui » chez Seghers. Sans doute peut-on dire que sans Vincensini, cofondateur avec Michel Rouquette du « Centre Alain-Borne », ce poète méconnu, aurait conservé sa grande part d’ombre.

Professeur de lettres et d’italien, Vincensini fut, sa vie durant, un propagandiste de la vie poétique, organisant et multipliant les manifestations, rencontres avec les poètes, spectacles et festivals poétiques, n’hésitant pas à se lancer lui-même dans des aventures éditoriales en créant les « Poèmes-missives » et le « Club du poème » qui publiera une quarantaine de titres. Mis à disposition par l’éducation nationale, Paul Vincensini accomplira un travail énorme de vulgarisation de la poésie dans les milieux scolaires, les associations, les organismes dépendant d’autres ministères que le sien. Il est aussi, avec Jean Pietri en 1982 le fondateur de la « Maison de la Poésie d’Avignon ».

Ses compositions personnelles, mélange de cocasserie, d’ironie et d’absurde, apparaissent comme un gigantesque pied de nez au mal être et au tragique existentiel.
Des sites internet lui sont consacrés :
http://www.paulvincensini.com
http://verlaine06.chez-alice.fr/

Conversation entre nounours

Le jour où j’ai photographié le sujet en perspective, en levant le nez, j’ai vu ces deux compères et ai pu entendre ce dont ils parlaient :

Comment ça va sur la terre ?
– Ça va, ça va bien.
Les petits chiens sont-ils prospères ?
– Mon dieu oui merci bien.
Et les nuages ?
– Ça flotte.
Et les volcans ?
– Ça mijote.
Et les fleuves ?
– Ça s’écoule.
Et le temps ?
– Ça se déroule.
Et votre âme ?
– Elle est malade
Le printemps était trop vert
Elle a mangé trop de salade.
Jean Tardieu

Jean Tardieu, né le 1er novembre 1903 à Saint-Germain-de-Joux, dans l’Ain et mort le 27 janvier 1995 à Créteil, dans le Val-de-Marne, est un écrivain et poète français, inventeur extrêmement fécond, qui s’est essayé à produire dans tous les genres et tous les tons : humoriste aussi bien que métaphysicien, dramaturge et poète lyrique ou formaliste, il a déployé en plus de soixante ans une créativité exceptionnelle, faisant alterner une poétique classique avec le vers libre ou les tentatives audacieuses de l’écriture informelle. Avec une inquiétude métaphysique dissimulée sous l’humour, Jean Tardieu n’a cessé de se « demander sans fin comment on peut écrire quelque chose qui ait un sens ».

Et deux citations parmi d’autres. 

“Une heure de conversation vaut mieux que cinquante lettres.” Mme de Sévigné

“Un bon divan est souvent ce qu’il y a de plus efficace pour meubler une conversation.” Pierre Dac

Photo du mois de janvier 2020 – Perspectives et très bonne année

Depuis ce blog, je n’ai pas encore souhaité :  

🙂 🙂 🙂

Ce mois ci c’est Frédéric qui a choisi comme thème :

Perspective

« Technique de représentation de l’espace et de ce qu’il contient en fonction de lignes de fuite (généralement convergentes).

Cette photo a été prise hier aux Chartrons, Le quartier des Antiquaires se trouve là-bas dans le fond. Cette gargouille je l’ai découverte par hasard hier, placée au bout d’un tuyau d’écoulement d’eau provenant du toit. Elle me fait bien rire, là au ras des pavés. Les perspectives se trouvent au-dessus de sa tête. 

Quelles autres perspectives vais-je découvrir chez nos ami(e)s ? 🙂

Danièle.B, Who cares?, Lavandine, Philisine Cave, Nicky, Frédéric, Chris M, Julia, Tambour Major, USofParis,
Gine, Xoliv’, J’habite à Waterford, Gilsoub, Sous mon arbre, Renepaulhenry, Escribouillages, Christophe, Brindille, Lilousoleil,

Krn, FerdyPainD’épice, Morgane Byloos Photography, Giselle 43, magda627, Jakline, Eurydice, Marie-Paule, El Padawan, Josette,
Blogoth67, écri’turbulente, Cynthia, La Tribu de Chacha, Shandara, Pilisi, Mirovinben, Laurent Nicolas, Akaieric, Amartia.

***

Il y a des moments

Jardin Public été 2014

Il y a des moments où tout s’en va
Où la vie vole en éclats
Le feu couvait sous les cendres
Depuis des années sans surprendre

Sur ce qui se passe aujourd’hui.
Les événements sont dans cet étui
Suspendus au bon vouloir du temps
Où se cognent tous les sentiments

Dans cet océan de douleurs et de souffrances
Endurées longtemps avec clairvoyance.
Voilà que le bout du chemin se dévoile
Ce n’est pas Salomé qui danse avec ses voiles

Mais une nouvelle vérité, un nouveau chemin
Dans les trois mois à venir pour écrire demain
En respirant enfin
En toute liberté.
07-07-2015

© G.Poésies

Bordeaux – Les Halles des Chartrons le soir

En sortant de chez une personne après consultation sur cette place, je n’ai pas pu hésiter à faire quelques photos  sans trop savoir ce que cela donnerait en voyant les couleurs de la place, célèbre dans le quartier des Chartrons. J’avais posé l’appareil sur un support 🙂

Les Halles éclairées 🙂

A gauche derrière le double clocher de l’église Saint Louis.

Photo du mois de novembre 2019 – #52 – La pluie

Ce mois ci c’est Krn qui a choisi comme thème :

La pluie

La pluie et tout ce qui en découle, gouttes, flaques, inondations, crues, etc.

 

Une photo prise dans mon quartier dès que le thème a été envoyé. Nous avons cette fois ci bien de la pluie dans le S.O avec le passage de la tempête Amélie qui dans la nuit ne nous a pas empêché de dormir. D’autres n’ont pas eu les mêmes chances à voir les journaux télévisés le lendemain. La pluie enfin nécessaire pour la nappe phréatique.

Un regard sur d’autres comment le thème de l’eau de pluie a été interprété chez nos ami(e)s ? 🙂

Josette, Jakline, Nicky, J’habite à Waterford, écri’turbulente, Mirovinben, magda627, Josiane, Who cares?, Renepaulhenry,
Betty, Alexinparis, Lavandine, Gilsoub, Cynthia, Eurydice, El Padawan, Dr. CaSo, Christophe, Céline in Paris,

Marie-Paule, Gine, Frédéric, La Tribu de Chacha, Shandara, Brindille, Krn, Cara, Laurent Nicolas, Pink Turtle,
Morgane Byloos Photography, Pilisi, Akaieric, Amartia, Escribouillages, Philisine Cave, FerdyPainD’épice, Sous mon arbre, Lilousoleil, Danièle.B,
Tambour Major, Giselle 43, Xoliv’, Blogoth67.

Bordeaux – Mon quartier – Architecture étrange

Je n’ai pas pu faire la photo en entier même en essayant sur mon ancien appareil APN la fonction adéquate.

C’était durant le mois d’août dernier. Je continue à faire des photos.
Je rédige très peu et lis beaucoup. Là je mets de l’ordre dans les images récupérées sur mon ancien petite appareil photo et les trie enfin. D’où l’opportunité de mettre cette fantaisie d’architecture que je déteste. C’est du moins mon avis. Pfff !!! je suis passée récemment et c’est encore en l’état. Pas du tout heureux comme conversion.