Alphonse de Lamartine – Poésie : Un nom

Sources : tourisme-alsace.com – Kaysersberg

Un nom

Il est un nom caché dans l’ombre de mon âme,
Que j’y lis nuit et jour et qu’aucun oeil n’y voit,
Comme un anneau perdu que la main d’une femme
Dans l’abîme des mers laissa glisser du doigt.

Dans l’arche de mon coeur, qui pour lui seul s’entrouvre,
Il dort enseveli sous une clef d’airain ;
De mystère et de peur mon amour le recouvre,
Comme après une fête on referme un écrin.

Si vous le demandez, ma lèvre est sans réponse,
Mais, tel qu’un talisman formé d’un mot secret,
Quand seul avec l’écho ma bouche le prononce,
Ma nuit s’ouvre, et dans l’âme un être m’apparaît.

En jour éblouissant l’ombre se transfigure ;
Des rayons, échappés par les fentes des cieux,
Colorent de pudeur une blanche figure
Sur qui l’ange ébloui n’ose lever les yeux.

C’est une vierge enfant, et qui grandit encore ;
Il pleut sur ce matin des beautés et des Jours ;
De pensée en pensée on voit son âme éclore,
Comme son corps charmant de contours en contours.

Un éblouissement de jeunesse et de grâce
Fascine le regard où son charme est resté.
Quand elle fait un pas, on dirait que l’espace
S’éclaire et s’agrandit pour tant de majesté.

Dans ses cheveux bronzés jamais le vent ne joue.
Dérobant un regard qu’une boucle interrompt,
Ils serpentent collés au marbre de sa joue,
Jetant l’ombre pensive aux secrets de son front.

Son teint calme, et veiné des taches de l’opale,
Comme s’il frissonnait avant la passion,
Nuance sa fraîcheur des moires d’un lis pâle,
Où la bouche a laissé sa moite impression.

Sérieuse en naissant jusque dans son sourire,
Elle aborde la vie avec recueillement ;
Son coeur, profond et lourd chaque fois qu’il respire,
Soulève avec son sein un poids de sentiment.

Soutenant sur sa main sa tête renversée,
Et fronçant les sourcils qui couvrent son oeil noir,
Elle semble lancer l’éclair de sa pensée
Jusqu’à des horizons qu’aucun oeil ne peut voir.

Comme au sein de ces nuits sans brumes et sans voiles,
Où dans leur profondeur l’oeil surprend les cieux nus,
Dans ses beaux yeux d’enfant, firmament plein d’étoiles,
Je vois poindre et nager des astres inconnus.

Des splendeurs de cette âme un reflet me traverse ;
Il transforme en Éden ce morne et froid séjour.
Le flot mort de mon sang s’accélère, et je berce
Des mondes de bonheur sur ces vagues d’amour.

– Oh ! dites-nous ce nom, ce nom qui fait qu’on aime ;
Qui laisse sur la lèvre une saveur de miel !
– Non, je ne le dis pas sur la terre à moi-même ;
Je l’emporte au tombeau pour m’embellir le ciel.

Alphonse de Lamartine (1790-1869)

Désir d’un soir

08-12-2015

                                                                                                    08-12-2015 – 18h55

 

Désir d’un soir

J’ai trouvé un endroit pour nous deux
Où je puis y écrire ce que je veux !
C’est un merveilleux endroit
Où la plume et les mots sont rois
Mais chaque reine de la ruche les inspire
Celle qui suscite ce désir
Celui que je sens monter en toi

D’aussi loin que tu sois
Au travers de tes écrits
Je ressens ce qui te dévore
Et que tu m’écris en lettres d’or,

Ces lettres qui s’enroulent autour de mes seins
Oh mon aimé comme j’ai envie de tes mains
Qu’elles s’égarent dans mes cheveux,
J’ai envie de me laisser aller à toi
A l’ivresse de tes bras.

J’ai envie de tes mains sur mon corps
De nos regards accrochés l’un à l’autre
Rivés, soudés, sondés jusque dans l’âme
Et m’entraîne ainsi jusqu’au bord
Du gouffre de nos sens où je me vautre

Mon corps affamé se tend vers le tien
Toi aussi tu es assoiffé de caresses
De mes mains qui parcourent sans cesse
Ce doux vertige offert à ma bouche
Je m’apprête là un bien doux festin

Celui que tu m’offres généreux
Hurler cette joie qui m’étreint
Depuis si longtemps contenue
Je t’offre mes cris, et entends les tiens
Ceci sans aucune retenue.

¤¤¤
© Geneviève – Juin 2006

Douleur en morceaux

CbvnNd_W8AAIIv5

Sources : Le net

Douleur en morceaux

Lorsque la douleur éclate en mille morceaux
Comme des morceaux de verres
Se retrouvant à terre.
Les larmes coulent à grandes eaux.

Lorsque la douleur insidieuse et quotidienne
Joue à cache-cache comme les persiennes
Du soleil qui a disparu de l’horizon
Le souffle se fait court, il n’y a plus de son

Lorsque la douleur veut me faire sienne
Que je refuse de m’y soumettre,
En disant : « Non »
Qu’elle aille se faire mettre
Cette saleté qui n’a aucun nom

Lorsque la douleur s’insinue dans le cœur
Prend en gage tout le corps
La révolte gronde, plus de lettres d’or
L’amour existe-t-il encore ?

Pas de réponse dans l’immense solitude
De la vie qui coule dans les veines
Pas de réponse dans les incertitudes
De l’avenir qui se tait sans je t’aime.

© G.Ecrits 22-02-2016

Danse

Tango fabian perez
Illustration

Danse

Tu m’as tendu la main pour danser
C’était une valse puis un tango

Ensemble sur la piste nous avons évolué
L’un contre l’autre, merveilleux duo

Ma main dans la tienne tenue fermement
Ressentait tous les grains de ta peau
Et de ton autre autour de ma taille

Je tournoyais, comme un fétu de paille

Légère au son de l’orchestre et des violons
C’est au son du beau Danube Bleu

Que tu m’as emportée les yeux dans les yeux

Dans un rêve fou, effectuons un plongeon

Puis une autre danse, plus lascive
Plus sensuelle, plus vive et incisive
Ton corps s’est serré contre le mien

Possessif, frôlant mes courbes l’air de rien

Nos poitrines jointes ont palpité, sursauté
Nos jambes se sont enroulées, d’un seul mouvement
Un arrêt, un départ, un regard, un sautillé

Nos bassins n’ont plus fait qu’un à ce moment

Dans ce tango argentin
Au son de cette musique

Qui s’infiltre dans nos âmes

La danse est devenue épidermique

Nous unir comme une lame

De fond, dans cet océan libertin.

© G.Poésies – filamots 06-11-2007